Blog

Les 10 erreurs à éviter pour choisir sa plateforme d’outplacement
Astuces

Les 10 erreurs à éviter pour choisir sa plateforme d’outplacement

Apparu en France dans les années 80, l’outplacement permet aux cadres supérieurs nantis de plusieurs années d’expérience (10 ans en moyenne) de rebondir sur le marché de l’emploi après un licenciement économique ou un départ volontaire de leur entreprise. Il peut être individuel ou collectif. En effet, environs 60% des missions d’outplacement concernent des groupes de salariés de plus de 1000 individus.

Quoiqu’il en soit, il est important que vous soyez bien informé et bien préparé afin que cette transition ne se solde par un échec. Voici donc 10 erreurs à éviter pour choisir votre plateforme ou consultant d’outplacement.

1- Ne pas avoir un plan de carrière

Selon votre profil (cadre supérieur avec 5 à 15 ans d’expérience), il est important que vous ayez une idée claire de la suite à donner à votre carrière, votre projet professionnel. Cela est d’autant plus important si vous êtes un cadre moyen. En effet, l’outplacement s’étend de plus en plus à des profils plus modestes (cadres moyens avec mois de 5 ans d’expérience par exemple).

2- Ne pas bien négocier les termes

En général, c’est votre employeur qui se charge de payer le cabinet d’outplacement même si rien ne l’y oblige. Les frais s’estiment en général entre 15 et 20% de votre salaire brut annuel. Ceci explique la réticence de plusieurs cadres à recourir à des cabinets d’outplacement. Moins de 5% en effet font appel à des consultants.

3- Se précipiter dans le choix de sa plateforme

Vous venez de perdre un emploi. Vous désirez donc vite rebondir. C’est légitime. Ne vous précipitez cependant pas. Prenez le temps de discuter avec plusieurs consultants afin de choisir celui qui comprend le mieux vos aspirations et qui par conséquent saura vous donner les meilleurs conseils, mieux vous orienter. Optez de préférence pour un consultant expérimenté. C’est l’assurance qu’il a de larges réseaux. Cela pourrait vous être très bénéfique.

4- Ne pas faire le deuil de son licenciement

Si vous avez dû solliciter un consultant en outplacement suite à un chômage économique, il va falloir tourner définitivement cette page de votre vie et en ouvrir une autre. Une nouvelle fenêtre d’opportunités s’ouvre à vous.

5- Se laisser aller au découragement

Retrouver un autre emploi même avec un consultant expérimenté peut prendre des mois, voire des années. En moyenne, huit cadres sur 10 retrouvent un emploi après moins de 12 mois. Il vous faudra donc être patient.

6- Ne pas développer un réseau

En général, après 5 à 10 ans d’expérience, vous avez eu le temps de développer un réseau. Si ce n’est pas le cas, vous devrez vous atteler à ce premier chantier avec votre consultant. N’hésitez pas à participer aux activités du cabinet, ateliers ou manifestations collectives. Ce sont d’idéales occasions de faire du networking. Aussi, sachez que la probabilité de retrouver un emploi grâce à un réseau est de 70% à moins de 40 ans et de 90% à plus de 55 ans.

7- Ne pas maîtriser votre communication

Vous devez être éloquent.Exercez vous à faire des pitchs (savoir vous présenter en 2 minutes maximum devant un interlocuteur ou un auditoire). Participer à des travaux de groupes vous y aidera.

8- Ne pas avoir un plan

Il est important que vous procédiez par étapes successives avec des objectifs à atteindre à chaque étape. N’hésitez pas à célébrer les batailles remportées furent-elles petites à vos yeux. Cela vous motivera davantage.

9- Ne pas faire un bilan d’étape

Cet événement dans votre carrière professionnelle est aussi le moment de faire un bilan. Souhaitez-vous poursuivre dans le même secteur d’activité ou faire un virage vers le métier dont vous avez toujours rêvé ? Selon votre profil, discutez-en avec votre consultant et profitez-en pour redresser au besoin la barre.

10- Se fier aux chasseurs de têtes

Même si plusieurs y ont recours, il serait mieux que vous ayez plusieurs cordes à votre arc. Par ailleurs, sachez que seuls 10% des cadres ayant sollicité les services d’un chasseur de têtes retrouvent un emploi.

En somme, recours à une plateforme d’outplacement (ou reclassement) est loin d’être une tâche facile. Mais avec un bon accompagnateur et une bonne méthode, cela revient plus aisé.

Leave your thought here

English English French French